Il n'y a pas d'exil

| 13 Commentaires | Aucun Trackback

Postez ici votre réponse à l'exercice I ou K à la page 235 d'AL ou à une des questions suivantes. Bon courage; c'est un texte assez difficile mais vous avez bien avancé en classe mercredi!

 

A. Quelle transformation dans l'esprit de la narratrice est-elle représentée par ces trois citations ?

 

"Hafça trouva Mère et Anissa en train de préparer les pâtisseries comme si celles-ci étaient nécessaires pour des réfugiés comme nous. Mais le sens du protocole, chez Mère, tenait de l'instinct; un héritage de sa vie passée qu'elle ne pourrait abandonner facilement." (154-157)

 

"Oui, je songeais que tout avait changé et que, pourtant, d'une certaine façon, tout restait pareil." (324-325)

 

"Moi, je me disais: à quoi donc cela peut-il servir de souffrir ainsi loin de notre pays si je dois continuer, comme avant, comme à Alger, à rester assise et à jouer ...Peut-être que lorsque la vie change, tout avec elle devrait changer, absolument tout." (382-385)

 

Que pensez-vous de cette transformation ?

 

B. Le passé, le présent, l'avenir: Que représente le temps dans ce conte? Que dit la narratrice à propos du temps?

 

C. Le genre (la fémininité, la masculinité) est un thème important de ce conte. Comment le conte représente-t-il la vie des femmes algériennes? Quels adjectifs décrivent leur vie ? Quels aspects des dialogues, du cadre (setting), des personnages ou des événements du conte « construisent » cette représentation des femmes ?

No TrackBacks

TrackBack URL: https://blogs.psu.edu/mt4/mt-tb.cgi/57467

13 Commentaires

L'histoire rend la vie des femmes dans le regard de l'Algérie très docile et à la maison. Les femmes n'ont pas les travaux. On s'attend à ce qu'ils restent à la maison et prennent soin des enfants et fassent les travaux domestiques. C'est très différent des hommes qui ont été vus comme fabricants d'argent de la maison et on s'est attendu à ce qu'ils servent dans l'armée. C'est l'exemple classique de l'homme fort et de la femme fragile. Il est très commun dans presque chaque culture.

Le narratrice de l'histoire fait beaucoup de choses qui ne sont pas considérées féminines dans l'histoire. Elle va à l'encontre l'autorité, refuse d'être mariée et exprime le fait qu'elle n'aime pas pour porter les jolis costumes. Tandis que les femmes dans l'histoire semblent être très émotifs le narratrice de la n'est pas. Pendant l'enterrement et la période du deuil la plupart des femmes pleurent en raison de leur peine. Le narratrice de la semble lutter dans tout l'histoire entière parce qu'elle veut être comprise par chacun. L'exil est l'une des Algériens et des femmes elles-mêmes.

La vie des femmes algériennes est représente comme une vie qui est très contrôlée. Elles font plus du travail au ménage, et elles ont moins égalité que les hommes. Clairement, les hommes dominent les vies de familles, et les femmes sont là pour l’aide, je pense. Au conte, les femmes pleurent pour la mort, pendant, je suppose, que les hommes travaillent. Aussi, à cause du marriage arrangé de la narratrice, les femmes ne choisissent pas d’homme qu’elles veulent épouser. Aussi, souvent quand les femmes se parlent, il n’y a pas d’hommes à la place, seulement les femmes. Alors, peut-être elles séparent des hommes.

L. Quand je suis entrée dans leur maison cette fois, l’humeur était différente. La sœur cadette était toujours belle comme autres fois, mais elle était plus triste aujourd’hui que les autres jours. Je suis venue pour enseigner le français à Aïcha, mais je voudrais convaincre la sœur cadette à commencer l’étudier. Elle me dit que elle n’a pas besoin d’étudier une autre langue parce qu’elle ne pense pas que la langue vais la servir. Peut-être un jour elle va changer d’avis.

Je pense que cet jour est là. Elle doit se marier à un homme savant et peut-être elle commencerai à penser que le monde n’est pas juste. Que on a besoin d’apprendre nouveaux connaissances pour survivre plus lentement. Mais je l’embrasse dans mes bras parce qu’elle est aimée par Dieu. Je lui dit que nous sommes jamais oubliées par le Dieu, que nous sommes toujours fortes, que nous sommes femmes.

Les femmes dans cette histoire sont très courageuses. Quelques-uns, comme Anissa, sont très composé bien qu'elle est le plus jeune. Ils doivent enterrer les corps, une tâche qui a besoin du sang-froid et la forte volonté. Toutes les femmes ont traversé des temps durs. Le narratrice a perdu ses enfants et son mari. Un des maris sont dans la prison. Les femmes s'occupent des choses, la mère tout fait pour préparer aux discours de mariage. Elle fait le cuisine, fait sortir les invitations, et divertit. Les femmes sont très fortes et doit pourvoit à leur famille. Ils sont la colle qui tout garde ensemble.

La vie des femmes algériennes dans le conte est très simple et sans beaucoup de droits. Elles ont les travaux doméstiques. Les femmes n'ont pas l'occasion de monterer leur capacité de faire l'autre chose. Elles font les répas et crient pour les morts. Les femmes n’ont pas le choisi de marier ou qu’elles se marient. La vie des femmes est controlée par le pays aussi. Elles sont algériennes dans une autre pays, s’appelle Tunis. Encore, Hafça n'a pas son travail. Elle ne peut pas enseigner plus.

Les femmes algériennes ne sont pas les égales des hommes dans leur société. Les femmes devraient faire tout le ménage, cuisiner, nettoyer, et même de pleurer sur les difficultés - comme la mort. Les hommes ne semblent pas avoir de soins dans le monde, car ils ont seulement à se préoccuper de travail. Lorsque le père rentre à la maison, il ne parle pas de la mort ou même en deuil avec le reste de sa famille. L'histoire dépeint les femmes comme étant faible et affectif avec le personnage de la mère. Les femmes sont religieuses, traditionnelles, et pour la plupart, préoccupées par d'autres. Elles ne semblent pas avoir tous les droits, car elles ne peuvent même pas choisir à qui elles veulent se marier.

Un conte a besoin d'une sorte de change, pour s'avancer. Bien que cette intrigue n'ait pas beaucoup d'action, il y a plein de change. La narratrice a la commencement est cynique en regardant sa situation. Comme les passages susmentionnés signifient, la narratrice finalement realise l'importance d'accepter la change. Elle ne peut choisir sa situation, alors elle doit s'adapter.

A) C’est clair pour moi que la société algérienne n’est pas égalitaire. Les femmes algériennes sont confinées de la maison. Le travail domestique est évidemment leur seule occupation. Aussi, c’est très clair que les femmes ne reçoivent pas une éducation. La narratrice ne suit pas les cours. Elle pense qu’elle sait tout qu’est nécessaire. C’est vraiment très triste. Hacha est une femme bien instruite, mais elle est rare.
Aussi, pendant la histoire, toutes les choses les femmes font sont seulement des choses domestiques. Elles sont toujours à la maison. C’est dommage, et aussi pas amusant pour les femmes. Quelques femmes peut-être aiment leur travail, mais ce n’est pas satisfaisant pour tout.

Les femmes dans l'histoire ont une vie très domestique. Ils s'occupent de la maison et ils cuisinent les repas et ils s'occupent des enfants. Ils crient et pleurent pour les morts et ils enterrent les corps. Ils sont forcés à épouser et leurs maris travaillent et mènent le mode de vie dominant.

Le narrateur fait beaucoup de choses à contrarier la culture. Elle refuse être épousée, elle ne pleure pas pendant les enterrements pendant que toutes les autres femmes pleurent, et elle contrarie l'autorité. Elle fait il semble comme les femmes qui mènent un tel mode de vie forcé simple sont l'une qui sont exilées en fait.

Dans le premier exemple, les femmes font les pâtissières comme elles ne sont pas en exile. Elles essaient de souvenir les traditions et garder les façons de la vie un Algérie. C’est un peu triste qu’elles essaient très forte de garder les traditions pour rester contentes. Dans le deuxième exemple, la narratrice réalise que la vie est changée, mais peut-être seulement la mode de vie et pas les cœurs. Elle sent les changes de vie, mais elle ne dit pas ses sentiments jusqu'à la scène avec l’homme et ses parents. Le dernier exemple est le plus fort. Elle finalement réalise que si le monde change, c’est nécessaire aussi pour les gens de change. C’est stupide de rester dans les modes anciennes si le monde et le pays change. Elle ne veut pas fait les choses comme une femme algérien et elle veut dire les choses sans le peur d’exil.

K. Je pense qu'après la guerre, retournant à leur pays de maison serait extrêmement difficile. Après qu'un pays endure une guerre, il est impossible de s'imaginer qu'il pourrait avoir l'air quand vous retournez, surtout après beaucoup de temps a passé. Les lieux que la famille avait vu que leurs vies entières pourraient être détruites, même leur propre maison pourrait être détruite. C'est possilbe que les gens qu'ils ont su ne retourneront jamais encore. Fondamentalement, les vies de la famille changeront à jamais.
Je pense aussi que quand la famille retourne, ils seront dans le choc. Rien ne sera le même. Donc ils devront la découverte une nouvelle maison, un nouveaux amis, et un nouveaux emplois. En fait, ils devront le changement leurs vies tout à fait. Bien que ces gens ont l'amour et l'admiration vers leur pays, je pense que quelques familles peuvent choisir de rester ailleurs éviter doit la marque une telle transition difficile.

C.

Je pense que le type de femme qui est peinte dans l'histoire est très important de régler le ton. La femme algérienne est travailleuse, mais seulement peut travailler à la maison. Elle s'occupe des enfants, prépare les repas, et vivre un mode de vie très traditionnel. Les hommes contrôlent la maison en gagnant de l'argent et les femmes doivent tout soigner. Les femmes doivent aussi le soin pour les corps du mort. Je pense que les femmes dans l'histoire doivent sont très fortes et indepenedent pour vivre comme ça de tous les jours. Il semble comme les femmes dans l'histoire sont peint comme faible et contrôlé par les hommes, mais ils sont très courageux dans le intérieur.

Je pense que la représentation des femmes dans cette histoire indique qu’elles ont beaucoup de rôles stéréotypes d’une femme qui doit rester à la maison. Pour une femme exilée, la vie est, à mon avis, un peu ennuie. Le plus d’hommes travaillent, et les femmes restent a la maison, préparent les repas, et nettoient. Mais, ce n’est pas à dire que les femmes n’ont pas un rôle très important aussi. Spécialement dans la vie d’un exilé, les femmes ont un rôle important avec les rituels de deuil. Par exemple, les femmes dans « Il N’y A Pas D’Exil » laver le corps du mort, et elles crient tout le jour pour le deuil. Aussi, comme un homme travail, une mère algérienne a beaucoup de responsabilités avec les rituels de mariage, comme les deux mères des fiancés parler entre les deux. Les hommes sont plus indépendants, et les femmes doit adhérer aux rôles traditionnelles.

Laisser un commentaire

About this Entry

This page contains a single entry by AMANDA SHOAF VINCENT published on 1 avril 2009 14h37.

Le Dormeur du Val: réaction was the previous entry in this blog.

Les problèmes sociaux: les grèves, l'intégration is the next entry in this blog.

Find recent content on the main index or look in the archives to find all content.